Français,Vie du Labex

Labex ITTEM : la transition au contact des acteurs de terrain

Après avoir analysé le concept de transition lors d’un premier séminaire organisé le 8 avril dernier, la communauté des chercheuses et chercheurs du Labex ITTEM échangera sur les méthodes de recherche et les formes de collaboration développées avec les acteurs de terrain, en interrogeant les besoins, points positifs, difficultés et effets de ces collaborations en termes de transition et de transformation.

Le second volet de ce séminaire sur la transition est organisé conjointement par Carine Pachoud (Labex ITTEM), Emmanuelle George (Lessem) et Kirsten Koop (Pacte).

En guise d’introduction, Carine Pachoud, post-doctorante sur les « transitions et territoires de montagne » au sein du Labex ITTEM, abordera sous un angle général les questions de recherche-action (définition, historique…) et les modalités de participation des acteurs de terrain à la recherche.

Dans un second temps, trois chercheuses du Labex présenteront leurs projets de recherche : Isabelle Boulangeat du laboratoire Lessem (projet Refuges sentinelles), Kirsten Koop du laboratoire Pacte (projet Transformont) et Karine Basset du laboratoire Larhra (projet Singulariser les territoires de montagne). Elles tenteront de répondre à une grille de questions sur les problématiques suivantes :

  • La posture des chercheurs : quels rôles jouent-ils dans les processus de transition ? Quel est leur niveau d’engagement ? Comment gèrent-ils les relations, voire la proximité, avec les autres acteurs ?
  • La relation des chercheurs vis-à-vis de la société : auprès de quels types d’acteurs s’engager ? Comment les identifier ? Comment gérer les conflits et relations de pouvoirs entre acteurs impliqués ?
  • L’articulation des connaissances : comment intégrer les connaissances des acteurs avec celles des chercheurs ? Les premières peuvent-elles faire évoluer les secondes ? Que valent les savoirs scientifiques au vu des incertitudes liées à la transition ?

Suite à ces présentations, des ateliers tournants permettront aux chercheurs de se confronter à ces questions au vu de leurs propres expériences. La journée se terminera par une restitution plénière qui fera émerger les points forts, mais aussi les difficultés et les besoins auxquels les chercheurs sont confrontés, afin d’amorcer une réflexion commune pour y répondre.