Livingin – Territoires en surtourisme et interactions résidents-touristes

Projet en cours

Le projet Livingin s’intéresse à l’attitude des résidents des destinations touristiques à l’égard des impacts générés par l’industrie du tourisme et à leur comportement en réaction à ces impacts.

© Roxane Favier

De nombreuses destinations touristiques se situent dans une phase de développement caractérisée par une saturation de la capacité d’accueil des visiteurs. Cette situation, nommée surtourisme, entraîne une forte pression à la fois sur l’économie locale, l’environnement et les communautés d’accueil, rompant souvent l’équilibre entre les bénéfices et les coûts supportés.

La crise sanitaire constitue une opportunité pour ces destinations de repenser leur modèle économique et leur stratégie de gestion des flux de visiteurs, en vue de développer un tourisme durable et respectueux à la fois de l’environnement et des communautés d’accueil.

Le projet Livingin – Territoires en surtourisme et interactions résidents-touristes : de l’attitude aux réactions comportementales des communautés locales – situé à la croisée de la géographie, de la sociologie et du management, interroge les limites du système touristique actuel.

Deux destinations touristiques européennes sont à l’étude : le lac d’Annecy, d’une part, qui souffre de la pression touristique, particulièrement en période estivale, et Copenhague, d’autre part, dont le centre-ville a été identifié comme un quartier « à risque » menaçant la qualité de vie des résidents. La richesse des échanges avec les résidents de ces deux destinations permettra d’alimenter la réflexion stratégique menée par les parties prenantes sur les transitions à envisager.

Recherche Annecy Danemark Tourisme et pratiques récréatives