Éco-volontariat scientifique : ouvrir la recherche en montagne

2024-...

Face au changement climatique, les socio-écosystèmes de montagne évoluent rapidement, du côté des écosystèmes (glaciers, enneigement, faune, flore) comme des activités humaines (pratiques touristiques). À la croisée des enjeux de diversification touristique et de suivi de l’évolution des écosystèmes, ce projet issu d’un appel à projet conjoint avec la Zone Atelier Alpes (ZAA), vise à mettre en pratique le concept de tourisme scientifique à travers des séjours d’éco-volontariat.

© Daniel Zambrano
La chercheuse en écologie Isabelle Boulangeat (Lessem) accompagne sur le terrain des éco-volontaires.

Les sociétés et écosystèmes font face à plusieurs défis de transition et d’adaptation aux bouleversements du climat et à leurs conséquences. Dans les Alpes et les parties montagneuses, ces pressions sont particulièrement importantes. Les territoires et les sociétés qui vivent de leurs ressources doivent relever rapidement le défi de l’adaptation. La prise de conscience est importante au-delà de ces territoires pour que les transitions soient accompagnées et soutenues socialement.

Quatre défis sont identifiés dans ce contexte montagnard :

  • Mettre en place une mesure de suivi de l’évolution des écosystèmes.
  • Observer la convergence des flux de fréquentation de la montagne et ses nouveaux usagers et comprendre l’évolution des pratiques.
  • Proposer des alternatives aux solutions touristiques actuelles basées sur des ressources qui se raréfient (glace, neige).
  • Alimenter le dialogue entre science et société pour impliquer le plus grand nombre dans la transition écologique.

Le caractère innovant du projet se situe à la croisée de ces défis. Le concept de tourisme scientifique est mis en œuvre à travers des séjours d’éco-volontariat impliquant un public non expert, en utilisant le refuge comme lieu de mesure et d’observation du changement en moyenne et haute montagne.

Trois saisons de reconnaissance (2021, 2022 et 2023), d’identification des partenaires et de tests au sein du programme Refuges Sentinelles ont permis de développer des protocoles scientifiques adaptés au site, et de valider l’intérêt de la démarche.

Le fait de proposer aux touristes de participer à des programmes de science participative en milieu montagnard permet de proposer un produit touristique nouveau, d’impliquer les différentes parties prenantes (chercheurs et professionnels de la montagne) à partir de leurs cœurs de métier, et de contribuer à la transmission de la méthode scientifique.

Dans le cadre du projet, les éco-volontaires seront accueillis sur le site du Jardin du Lautaret, formés aux sciences participatives et accompagnés sur le terrain autour du refuge de l’Alpe Villar d’Arène et du Pavé au cœur du Parc national des Écrins. Les données recueillies à l’aide de protocoles scientifiques simplifiés permettront aux chercheurs d’aller plus loin dans leurs investigations.

Dernière actualité

Voir tout

06 mai 2024 | Français,Vie des projets

Sur la trace des Chercheurs en herbe

Un podcast nous emmène à la découverte d’un projet de recherche dédié à l’éco-volontariat scientifique dans le massif des Écrins. Pour Silence podcast, l’esprit sauvage,…

Recherche Ecrins Climat et transitions écologique Populations et territoires Tourisme et pratiques récréatives