Telimep – Dynamiques de transformation et de perception des territoires de montagne

2015 - 2019

Le projet Telimép, Territorialité, Liminalité et Métropolisation Périphériques propose une remise en perspective des liens entre territoires de montagne et métropoles, à travers l’analyse de leurs transformations respectives sur le temps long (XVe-XXIe siècle).

© Marjolaine Gal

Concept voyageur au croisement des disciplines, la notion anthropologique de liminalité appliquée à la montagne devient un objet d’étude. La liminalité correspond à un entre-deux : entre un état de « séparation » et un état de « réincorporation », elle renvoie à l’idée de seuil, d’attente, de transition, d’indéfini.

Cette situation interroge la montagne à plusieurs échelles : au travers de lieux particuliers, tels que cols, pas, frontières, qui suscitent un imaginaire propre, et dans des formes géographiques spécifiques, comme celle de la pente, des pieds ou piémonts. Ces formes et ces lieux liminaux posent la question de la construction sociale ou savante de la montagne elle-même. En tant que région longtemps considérée comme périphérique, ils soulignent son altérité et renvoient à ses valeurs symboliques de dépassement, d’initiation, de révélation…

La liminalité permet de saisir transversalement divers aspects de la montagne. Elle pose fondamentalement la question de l’innovation dans le rapport entre des lieux et leurs temporalités, en lien avec les savoirs et les imaginaires qu’ils produisent, l’adaptation, les transitions et le changement qu’ils impliquent au cours de l’histoire.

Avec le Val de Suse (Italie) comme terrain laboratoire, la conflictualité a été prise ici comme l’hypothèse d’un moment clé dans l’émergence d’innovations sociales et économiques, qui redéfinissent l’identité territoriale tout en maintenant un fort ancrage dans l’histoire. Les cas des barricades à travers le temps et de la lutte contre le train à grande vitesse Lyon-Turin (TAV) ont particulièrement retenu l’attention.

A partir de l’interrogation sur la liminalité, une problématique opérationnelle s’est construite au croisement des différentes disciplines (histoire, géographie, anthropologie, droit…), faisant l’hypothèse d’une montagne transformable en fonction des besoins, y compris idéologiques.

Ces questionnements ont fait l’objet d’un article paru en 2016 dans la Revue de géographie alpine, Montagnes et conflictualité : le conflit, facteur d’adaptations et d’innovations territoriales.

Recherche Briançonnais Grenoble Italie Maroc Maurienne Culture et patrimoine Migrations et frontières Populations et territoires